joaomonteiro
pele
    • biographie

    • curriculum

      curriculum

    • critiques

      critiques

    • presse

      presse

    • João Monteiro est né a São Paulo en 1953 et s’est révélé très tôt remportant plusieurs concours d’art dans son enfance, dont Le concours international de sculpture sur sable a La Baule en68. Des lors il devint élève du sculpteurs de monuments d’origine italienne Caetano Fraccaroli, avec qui il acquiert une solide formation classique.   En 1972 João change La Faculté d”Architecture de l’Université de São Paulo par Le Beaux Arts de Paris, où il travaille chez Gili et chez Guimbert et obtient le diplôme en 1977. Retournant au Brésil Il renonce l’enseignement et entreprends des voyages par les profondeurs de cet immense pays, éprouvant son métier sous toutes ses coutures – l’illustration, la décoration, le mural, le portrait, la estampe, etc. Il découvre ainsi la extraordinaire richesse de la culture populaire brésilienne avec ses sources vivantes e diversifiées, ses rencontres et son métissage.
        Les techniques du corps propres a ce peuple, lui apparaissent alors comme une importante clef menant a tout un univers culturel en formation et donc a une nouvelle "visualité" (car regarder est aussi un geste)  à laquelle il dévoue dorénavant son travail.

      João revint en France en 1981 et s’établit a Toulouse ou Il vécût près de vingt ans, reprenant la peinture et la sculpture, mais aussi l'ordinateur et les nouveaux materiaux. Il exposa dans plusieurs pays européens et en Afrique. En 1098 il réalisa un groupe de 7 sculptures monumentales traitant les gestes du football brésilien qui fut montré par la mairie de la ville rose avec très grand succès pendant la Coupe du Monde. L’artiste s’appuie sur sa double appartenance culturelle pour regarder chacune des deux cultures avec du recul - un double recul que lui permet de les confronter et de s’interroger sur l’universel, car aussi bien la France que le Brésil ont accueillit, avec leurs généreuses natures, nombreuses populations immigrantes qui les ont fertilisés avec leurs différentes visions culturelles.

      João Monteiro vit et produit depuis sept ans a São Paulo, sa ville natal, regardant maintenant la culture brésilienne avec ses yeux de français – regard acquis pas seulement par son long séjour en France, ou il s’est marié et ou vivent ses enfants, mais par le profond et passionné étude de l'art et de la culture français.

    • peinture

    • traditionnelle

      traditionnelle

    • numerique

      numerique

    • mixte

      mixte

    • Si d'une part les cameras, les ordinateurs et les robots sont devenus incontournables pour la production et reproduction d'images dans notre société industrielle, d'autre part, la nature de l'image artistique est  antagonique a celle de l'image publicitaire. L'art se tourne vers les longs délais, cherchant le durable, l'universel et  le permanent, supportant un degré  de complexité inadmissible dans la publicité et dans l'entretènement, lesquels  cherchent offrir lecture immédiate et sans effort. C'est comme la bûche en braise par rapport au feu de paille.

      J'estime que l'art, même ne pas  s'échappant à l’influence des images industrielles, des nouvelles techniques et matériaux, doit demeurer critique lorsque elle incorpore ces nouveaux outils et ne pas leur permettre d’altérer ni ses propos ni ses méthodes. C'est ce que je cherche a faire, confrontant constamment ces nouvelles techniques aux traditionnelles et faisant sans cesse l'aller retour de la palette graphique à la vraie palette.

      Et si la confrontation directe avec la matière est bien plus nourrissante pour la pensée plastique que la manipulation virtuelle, les avantages de ces nouveaux instruments peuvent être elles aussi considérables; y compris pour le maintient de la tradition, car des images vectorielles peuvent être réalisées dans la taille que l'on désire, pouvant ainsi mieux tenir en compte l'architecture ou le paysagisme ou elles doivent s’insérer.

      Je propose plusieurs solutions "sur mesure", a partir des dessins vectoriels: impression sur des différents supports pouvant être éventuellement reprises au pinceau, des panneaux composés par du polyacrbonate de couleurs découpé et monté comme un vitrail, dessins découpés dans du cuivre , des incrustations dans le bois, etc.

    • sculpture

    • bronzes

      bronzes

    • composites

      composites

    • filiforme

      filiforme

    • projets et monuments

      projets et monuments

    • numérique

      numérique

    • La sculpture est l'art individuelle qui exige le plus d'outils et de matériaux. En taille monumental, elle s’approche de l'architecture et de l’ingénierie. C'est l'art plastique de plus lente réalisation, mais aussi la plus durable. À la glaise, la pierre, le bronze se sont ajoutés aujourd'hui les composites, tels les résines synthétiques , les fibres de ver ou carbone, l'inox, parmi d'autres nouveaux  matériaux et aux burins, rappes et ciseaux ce sont additionnés les chalumeaux, les outils électriques et encore les imprimantes en 3D et les robots sculpteurs. J'ai produit jusqu'ici peu de sculptures monumentales précisément du fait de ces réalisations dévirent des travaux d'équipes ou des travaux industriels. J'ai, pourtant développé plusieurs projets et maquettes, la plupart de ma production, en vertu de ses proportions ayant cette vocation. Plusieurs pièces se trouvent totalement résolues et prêtes a l’exécution. Elles vont du classique, traitant souvent le corps en mouvement, aux stylisations très épurées , toujours figuratives, devenant par fois comme des dessins tridimensionnels filiformes, dont la légèreté et transparence font bon ménage avec l' architectures et le paysagisme contemporains.